Hedda Gabler de Henrik Ibsen

création Comédie de Picardie - Amiens, 1999


Avec Marcelle Barreau, Philippe Delbart, Bruno Fleury, Alain Gautré, Nathalie Lacroix, Frédérique Meninger, Aurélie Rusterholtz


Scénographie et Costumes Alain Chambon

Lumière Stéphanie Daniel


Hedda vit par procuration, elle refuse tout ce qui est laid.

Elle ne veut pas avoir à faire avec « la réalité des faits ».

Elle s’ennuie, elle ressent le vide de son existence et joue avec ses pistolets.

“Etre ou ne pas être”: Hedda fille modèle du Général Gabler n’arrive plus à être là où les autres veulent qu’elle soit. Elle ne peut plus jouer un personnage pour plaire, aux autres. Elle se trouve constamment partagée entre son désir et son refus de vivre. 

«Enfin un acte!» s’exclame-t-elle en apprenant le suicide de Lövborg, avec qui elle a partagé un rêve d’absolu.

Mais hélas pour elle, il est mort par accident et son geste n’a rien d’héroïque.

Cette nouvelle déception est insurmontable, elle passe à l’acte et cesse de vivre, par procuration.

Gloria Paris, 1999

© Christian Valléry

accueil     chant V     en cours     divers     spectacles     transmission     contact    bio  

La flamme glacée d’Hedda Gabler au Théâtre de l’Est parisien.

Ibsen semble ici rejoindre Tchekhov. Cette rencontre entre deux géants, Ibsen et Tchekhov, entre leurs personnages, doit beaucoup à Gloria Paris. A la sobriété de sa mise en scène, à la précision de sa direction d’acteurs, à son refus d’ajouter au noir du noir. Mais d’authentiques revolvers sont là dans un coffre précieux à porté de main.

Jean-Louis Perrier 10 Avril 1999

© Christian Valléry

© photo Bernand